Maladie de Lyme et huiles essentielles


thérapeutique / dimanche, août 2nd, 2020

Les huiles essentielles sont depuis longtemps utilisées pour leurs effets divers et puissants. De nombreuses huiles essentielles possèdent des effets antiinfectieux.

Dans une étude récente, des chercheurs ont testé l’activité de 34 huiles essentielles face à la bactérie Borrelia burgdorferi in vitro. Les huiles essentielles ont été ajoutées à des cultures de Borrelia en phase stationnaire, et celles qui ont montré la plus grande activité antibactérienne sont les huiles essentielles d’origan (Origanum vulgare), de cannelle (Cinnamomum zeylanicum) et de bourgeons de giroflier (Syzygium aromaticum), avec des dommages permanents causés aux bactéries qui n’ont plus été capables de renouvellement cellulaire après traitement.

Parmi ces 3 huiles, l’origan et la cannelle se sont révélées être les plus efficaces à très faible concentration, avec un très haut pouvoir antibactérien.

Les chercheurs se sont penchés sur les composés chimiques actifs de l’huile essentielle d’origan : carvacol, p-cymene et α-terpinene. En culture en phase stationnaire, les deux derniers composés n’ont montré aucune activité antibactérienne, contrairement au carvacol, un phénol monoterpénique lipophile, qui s’est révélé être aussi actif que l’huile essentielle d’origan totale.

Un intérêt particulier pour l’origan car l’étude a montré que cette huile essentielle est active sur les biofilms avec une réduction de la taille des colonies de Borrelia après traitement.

Le caractère majoritairement hydrophobe, et légèrement hydrophile de ces  molécules leur permet à la fois:

  • d’interagir efficacement avec les structures hydrophobes microbiennes, et ainsi d’inhiber ou de détruire ces mêmes microbes
  • et de pénétrer dans des environnements plus hydrophiles tels que les biofilms bactériens ou fongiques: en simplifiant, il existe des populations de microbes, installées au sein de notre organisme sous forme de biofilm, qui représentent des réservoirs à microbes, pouvant conduire, selon l’état de l’individu, à des infections chroniques . L’intérêt de ces molécules aromatiques réside donc dans le fait qu’elles puissent atteindre au sein de ces biofilms des cibles microbiennes difficilement atteignables par les antibiotiques classiques, et diminuer ainsi leur niveau de virulence


REFERENCES

Selective Essential Oils from Spice or Culinary Herbs Have High Activity against Stationary Phase and Biofilm Borrelia burgdorferi

Julie Fleury. Thèse PHD : Apport de la naturopathie dans la prise en charge de la symptomatologide la borréliose de Lyme

High Activity of Selective Essential Oils against Stationary Phase Borrelia burgdorferi 23 Jie Feng1, Shuo Zhang1, Wanliang Shi1, Nevena Zubcevik2, Judith Miklossy3, and Ying Zhang1*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *